•  

    Moscou mon Amour

        Il faut habiter à Moscou pour comprendre ce plaisir là de se promener, l'été, au bord de la Moskova, à manger une glace, et à  apprécier, comme personne au monde parce qu'ici plus qu'ailleurs le temps est toujours, ou presque, hostile, le soleil qui brille et le reflet de ses rayons sur la rivière.

       Il faut habiter ici pour comprendre ce bonheur là d'un taxi-bus qui vous amène, pour la journée, hors de la ville, lorsqu'au bout d'à peine une après-midi, la ville-héros vous manque déjà, vous qui la critiquiez encore hier.

       Il faut être moscovite pour apprécier un dimanche à la campagne, ou presque, dans un des immenses parcs de la ville, lorsque vous êtes perdu en plein milieu d'une forêt et pourtant presque au centre-ville.

      Il faut vivre ici pour apprécier cette âme slave, et russe, si désagréable parfois, si touchante et attahante souvent.

       Cette chanson est pour toi, Moscou : 

    Моя любовь Москва.wmv - YouTube

    Tout juste une heure avant le prochain train pour Moscou,

    Et cette heure je vais la passer si loin de vous,

    Dans un tel vide, une telle transparence

     Que l'on pourrait toucher l'horizon de la main.

    Dans ma ville adorée je descendrai à Textilchiki (1)

    Le wagon bleu se balancera sur ses essieux dorés (2)

     Serré par une foule désordonnée je sortirai sur la rivière

    Et enfin poserai ma joue contre ta joue.

    Où donc me cacher de notre Amour capricieux, Moscou ?

    Sur les cils de tes fils brille une lumière humide.

    Dans les tours brillent des feux

    Et cela veut dire que nous protège encore

    Ton amour, Moscou.


    Nous volons au dessus de la rivière

    Et de la brume grise,

    Et comme d'habitude tes parfums rappellent l'odeur de la fumée.

    Un époustouflant feu d'artifice tonne,

    Et on ne peux plus attendre :

    Dans les maisons on joue d'un instrument et on chante,

    la nuit tombe.

    Et ton murmure fou

    coule sur ton visage,

    et pulse la boucle de ta ceinture de boulevards.

    Capitale de mon bonheur et de ma jalousie,

    On a encore une chance pour le dernier métro,

    Courons, vite !

    Nulle part où se cacher de ton capricieux amour, Moscou !

    Amoureux que je suis de la capitale, je sais que même dans tes caprices tu as raison.

    L'Aurore brille sur les tours,

    Et j'ai l'impression qu'encore une fois va nous sauver

    Ton Amour, Moscou !

     

    NDT :

    (1) Textilchiki est un quartier, et une station de métro dans le sud-est de Moscou.

    (2) Les wagons de métro sont pour la plupart bleus à Moscou.

     




    4 commentaires
  •   J'ai passé le long week-end du huit mars (férié en Russie) à Nijni Novgorod, où, comme j'ai eu l'occasion de l'écrire précédemment, j'ai vécu durant deux magnifiques années. L'hiver a décidé de faire encore un peu de résistance, pour le plus grand  bonheur de mon appareil photo et le plus grand malheur de mes oreilles. Visite donc, n'oubliez pas vos cache-nez !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •    L'hiver se meurt et petit à petit les premiers signes avant-coureurs du printemps se laissent deviner. La neige est moins solide, la boue s'attaque à votre pantalon. Bref, la saison n'est, à mon humble avis, pas la plus belle pour des scéances de photos.  Pour vous faire patienter, pour peu que l'un d'entre vous patiente vraiment sur mon blog, voici quelques clichés de mes archives, prises en automne. Il s'agit d'un vieux quartier du nord de Moscou, Timiriazevskaya, situé au bord d'une très grande forêt dans laquelle se réunissent joueurs d'échecs, amateurs de véhicules télécommandés et autre pêcheurs l'été.

       Ci-dessous, une église en bois orthodoxe typique de la Russie ancienne :  

       

    Timiriazevskaya

         Voici un arrêt de tramway en bois. Il n'en reste plus beaucoup comme ça à Moscou. Le quartier est assez calme, très étendu, et il est très agréable de s'y balader.

    Timiriazevskaya

       Amateurs de voitures télécommandées, qui se réunissent en général dans une clairière de la forêt de Timiriazevskaya. 

    Timiriazevskaya

         L'Automne, sans doute la plus belle et la plus triste des saisons, et qui rappelle le plus cette âme slave si compliquée, si mélancolique et pourtant si belle.

    Timiriazevskaya

         Je ne connais pas d'autre ville au Monde où il soit possible de se retrouver en pleine nature, bien entouré de plus de quinze millions d'habitants !  

    Timiriazevskaya

        Je ne sais pas du tout qui est ce jeune homme ramassant des champignons. 

    Timiriazevskaya

       Encore une église en bois typique, aux multiples coupoles. Timiriazevskaya

       Cette petite promenade n'était certes pas de saison, j'attends un peu que le temps soit plus clément et vous ferai découvrir Moscou au printemps, et espérons plus joyeux ! 

     


    votre commentaire
  •    Le 23 février est un jour férié en Russie et dans la plupart des pays de l'ex-Union Soviétique. Ce jour correspond, en passant sur les détails et à quelques jours près, à la création de l'Armée Rouge en 1918. Cette fête est celle des "défenseurs de la nation", autrement dit "jour des soldats", mais sans doute pour compenser le 08 mars qui est la fête des femmes, et qui est devenue journée internationale de la femme il y a quelques années, on fête également les hommes le 23 février (qui sont évidemment tous, potentiellement, des défenseurs de la nation). 

        Raconter l'homme russe en quelques mots est évidemment délicat, nous nous contenterons de dire qu'il doit paraître fort et qu'il se doit d'être manuel, prêt à réparer la tuyauterie à la première occasion. L'intelligence, par exemple, est toujours un atout, évidemment, mais je ne vexerai j'espère personne en disant qu'elle est une qualité parmi d'autres en Russie. Par contre, ne pas savoir se servir d'un tournevis est absolument impardonnable. 

        L'homme russe est un décideur, du moins en principe, et ce rôle de "chef de famille" qui en France tend à disparaître lorsque l'homme et la femme partagent de plus en plus les mêmes devoirs et responsabilités. Ce patriarcat ancestral qui nous semble tant vieille France est encore vivace en Russie. L'homme gagne l'argent de la pitence, la femme s'occupe des tâches ménagères et des enfants. Je schématise un peu. Mais ceci est loin d'être un cliché, surtout en province.

       Notons enfin que l'armée est toujours obligatoire en Russie, même si tous les jeunes gens font tout pour l'éviter. Il est peut-être temps de constater que le monde a changé, et qu'en fin de compte, plus personne n'a envie de taper sur son voisin. Ou de s'enfermer dans une caserne, à l'heure où trois avions peuvent décider d'une guerre.   

       Bonne fête aux défenseurs de la nation, donc 


    votre commentaire

  • palais des armes - diaporama flash

     

       Je vous propose une visite au musée aujourd'hui, au sein du Kremlin de Moscou se trouve le palais des armes, constitué d'une importante collection d'objets de toutes sortes de la Russie ancienne. Visite sans commentaire, mais uniquement pour le plaisir des yeux ! Merci à mon ami Ertunch, auteur de toutes ces photos. 


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique