• Introduction à la mythologie

    Introduction

       "Les hommes ont pris par erreur l'ordre de leurs idées pour l'ordre de la nature et se sont imaginés que puisqu'ils sont capables d'exercer un contrôle sur leurs idées, ils doivent être également en mesure de contrôler les choses". Cette phrase de J.G.Frazer, extraite de son livre "The magic art" suffit déjà à elle seule à expliquer l'apparition du paganisme russe et de ses exorcismes. Tout ne fut pourtant pas si simple, et l'évolution des croyances comme celles de bien d'autres peuples, s'est faite sur bien des siècles. Nous nous sommes, dans ce travail, particulièrement intéressés au passage d'une croyance manichéenne à l'apparition et au développement d'une multiplicité de divinités dites quotidiennes, par opposition aux autres divinités supérieures auquelles sont dédiées des temples et des rites particuliers : celles-ci ne seront pas traitées ici.

       Ces êtres, occupant les divers lieux du quotidien slave, peuvent appartenir à deux classes différentes : les unes occupent la maison, les cours et les granges, les autres vivent dans les rivières, les lacs, les forêts ou les champs. Cette distinction est essentielle puisque les uns sont considérés comme faisant partie de la famille, alors que les autres sont considérés comme malfaisants, ennemis.

       Les contrées slaves avaient souvent le même caractère, lorsque ces mythes sont apparus : c'étaient d'immenses espaces couverts de forêts, entrecoupés de marais, de lacs et de cours d'eau. On vivait de la chasse et de la pêche, élevait le bétail sur les clairières et les prés naturels et cultivait la terre où on y semait le blé. Si la forêt fournissait le bois pour la maison, les groupements familiaux étaient tout de même faibles face à la force de la nature et devant ses accidents : inondations, mauvaises récoltes et tempêtes. Le primitif slave eut donc besoin de trouver dans la mythologie à la fois une science explicative et une possibilité d'exercer un contrôle sur les forces naturelles.

       Dérogeant à la règle voulant que nous précisions les thèmes que nous allons traiter, par un souci de clarté nous voulons préciser ceux qui auraient pu avoir leur place ici mais que nous avons écarté.

       Ainsi ne parlera t-on pas dans ce travail du "Ded Moroz", qui nous semble présenter trop de similitudes avec le Père-Noël occidental, ainsi que les personnages et héros russes dépassant le cadre de la mythologie rustique telle qu'elle est traitée ici. Bien que leur étude soit passionnante, ni Morozka ni Snegurochka, ni Ivanuchka Durachok, ni même les illustres Bogatyrs n'ont leur place aux côtés des "esprits" slaves, qu'ils soient sauvages ou domestiques. 

       Enfin nous avons écarté, non sans un certain regret, les koliadas ou chants de Noël, de même que les rites religieux qui ne cadraient pas vraiment avec le sujet traité. 

       


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :